• L'année pop 2013

    Par Baptiste et Gérald PETITJEAN.

    2013 vient de se terminer : un très bon millésime pour la pop, avec, entre autres, l'émergence d'un groupe majeur, le triomphe de la ligne claire à la française, et la résurrection de quelques glorieux anciens.

    Voici nos podiums et nos coups de cœur de l'année 2013.

    Le podium de Gérald :

    • Aline, « Regarde le Ciel »

    Le projet aurait pu s'appeler « The Smiths Code » : contrairement à ce que raconte l'histoire officielle, les Smiths ne se seraient pas séparés en 1987, seraient partis vivre en Provence, et auraient transmis le secret de la pop à des Français.
    Bref, « Regarde le Ciel » est un album pop parfait, un véritable élixir de jouvence qui m'a fait rajeunir de vingt ans (ma plus grande claque musicale depuis le premier Suede), m'a redonné l'envie de (mal) rejouer de la guitare, et, surtout, en me laissant deviner le bleu derrière les nuages, m'a accompagné tout au long d'une année parfois difficile.
    On attend avec impatience le deuxième album des alchimistes d’Aline, et peut-être aussi la compilation de faces B et de versions alternatives évoquée lors d’une discussion après leur concert à la Flèche d’Or en décembre 2013.
    Mes titres préférés : tous …

    • Granville, « Les Voiles »

    Les enfants cachés de Morrissey période « Your Arsenal » et de France Gall période yéyé nous ont livré un superbe premier album, au doux parfum d’enfance et d’adolescence.
    Mes titres préférés : Le slow, La robe rouge, Jersey, Jeans troués, Macadam

    • Pendentif, « Mafia Douce »

    Des guitares et des synthétiseurs parfaitement mariés, des mélodies et des rythmes imparables. Un brin de New Order, un soupçon de Daho, un zeste de Luna Parker. Et au final une pop vitaminée, colorée et fruitée.
    Mes titres préférés : Riviera, Jerricane, Embrasse-moi, God save la France, Pendentif



    Le podium de Baptiste :

    • Aline, « Regarde le ciel »

    Leur album a assommé la concurrence et enthousiasmé les critiques dès sa sortie en janvier. Les ex-Young Michelin ont su, en onze morceaux, revitaliser la pop Made in France et ils ont lancé une année 2013 lors de laquelle la ligne claire fut à l’honneur. Aline est aussi un groupe qui donne envie de se déplacer partout pour assister à leurs concerts, tant leurs prestations aèrent l’esprit et tant leurs mélodies montent à la tête. On doit également à Romain Guerret et Arnaud Pilard mon single préféré de l’année, le tube italo-pop L’Ultima Canzone d’Alex Rossi.
    Mes titres préférés : Teen Whistle (avec une ligne de basse rappelant Girlfriend in a Coma de The Smiths), Elle et moi, Regarde le Ciel, Les Copains (ou comment parler de l’amitié dans un morceau sans parole).

    • Chvrches, « The Bones of What You Believe »

    Découvert lors des festivals estivaux, le trio écossais a installé sa synth-pop évanescente très tôt dans l’année grâce à l’EP « Recover ». Aucune déception avec la sortie de leur premier album en septembre dernier, Chvrches a confirmé son statut de révélation electro-pop du Royaume-Uni. Sur scène, grâce à la voix aérienne de Lauren Mayberry et des mélodies simples mais percutantes, Chvrches n’a déjà plus rien à prouver, et pourtant on retournera les voir au Trianon le 17 mars, tant ils se sont imposés dans le paysage électro-pop moderne.
    Mes titres préférés : Night Sky, Science/Visions, The Mother We Share, By The Throat.

    • Tricky, « False Idols »

    Un album inclassable, à l’image de son créateur. Moins trip-hop, plus punk, cet opus signe le retour de celui dont la carrière commençait à devenir difficile à suivre. Avec les mélodies tourmentées de certains morceaux, on replonge en plein vertige dans la période Massive Attack. Sans oublier le timbre cristallin mais inquiétant de Francesca Belmonte : le parallèle avec la collaboration de Martina Topley-Bird sur l’album « Maxinquaye » (album qui révèle Tricky en 1995) est vite fait.
    Mes titres préférés : Nothing Matters, Nothing’s changed, Passion of the Christ

    Nos autres coups de cœur :

    • Alba Lua, « Inner Seasons »

    Encore un magnifique premier album d'un jeune groupe français, qui fait la part belle aux guitares carillonnantes, aux chants lumineux, et à la mélancolie solaire. Des hymnes à la liberté et aux grands espaces, quelque part entre les Byrds, les Beach Boys et Tarnation. Le morceau « When I’m roaming free » est une pure merveille.

    • Suede, « Bloodsports »

    L’album qui marque leur retour en (très grande) forme sur disque et aussi sur scène (comme le prouve leur excellent concert parisien à l’occasion du dernier festival des Inrockuptibles), avec un Richard Oakes au sommet de son art guitaristique.

    • Motorama, « Alps » (réédition par le label Talitres de leur premier album paru en 2010)

    Avec ce premier album, les Russes de Motorama s’affirmaient dès 2010 comme le chaînon manquant entre la twee pop et la cold wave.

    • Johnny Marr, « The Messenger »

    OK, le Godlike Genius peut faire mieux. OK, l’album est assez inégal. Mais certaines mélodies et lignes de guitare (New Town Velocity, The Messenger, Say Demesne, European Me) réservent quelques instants de classe et de fulgurance. On se prend même à rêver de ce qu’aurait pu être cet album avec Stephen Street à la production et Morrissey à l’écriture et au chant.

    • Coming Soon, « Disappear Here »

    Revenu de leur univers anti-folk, presqu’une signature pour eux, Coming Soon s’est aventuré dans l’univers pop-rock, voire électro-pop, se payant même le luxe de reprendre avec beaucoup de hardiesse le tube de Rihanna, Diamonds. Aventure heureuse puisque cet album est une réelle réussite, tout comme le fut leur release party en octobre dernier à la Flèche d’Or.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :