• Live report : concert de Visconti au Pop In, 30 septembre 2014

    Concert de Visconti, Le Pop In (105, rue Amelot, 75011 Paris), Mardi 30 septembre, 21h00.
    Par Baptiste et Gérald PETITJEAN.

    Live report : concert de Visconti au Pop In, 30 septembre 2014

    C’est encore au Pop In que nous avons pu faire l’heureuse découverte de Visconti, tout jeune groupe au potentiel énorme et à la marge de progression évidente. On ne prend pas beaucoup de risques sur cette entreprise de divination, puisqu’Etienne Daho a fait ce simple constat il y a déjà plusieurs mois. Le pape de la pop les parraine activement : il les a propulsés en première partie pour une date la semaine dernière et il annoncé qu'il contribuera, d'une manière ou d'une autre, à la production de leur premier album.

    « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans »... C’est un peu ce qui vient à l’esprit après un concert de Visconti. Tant la prestation relève à la fois du culot, de l’innocente aisance et de la maîtrise précocement professionnelle, on se demande en effet si tout cela est bien sérieux, c’est-à-dire possible.

    Pourtant, du chemin a été parcouru depuis que Gérald les avait aperçus en première partie de Jérémy Kapone le 20 juin dernier au Paris Paris. Même leur oncle-gardien Pascal, beau-frère de Quentin, Monsieur « Record Station », le reconnaît : ils ont bien bossé, bien conscients de leur jeunesse et des ajustements à opérer pour pouvoir enfoncer le clou, notamment sur l’écriture, parfois un peu « juste ». Cela dit, il ne faut que quelques instants pour remarquer leur singularité sur la scène pop française, à ce niveau-là entendons-nous : pop en français, grandement influencée par The Charlatans. On retiendra, entre autres morceaux exécutés mardi, « Cauchemar », mêlant clavier spiritueux (Jérémy), guitare sirupeuse (Sacha), batterie garante seule de la section rythmique (Florentin), chant (Lucas) et chœur brumeux, pour former un ensemble cohérent. Une sorte d’hymne des réveils difficiles, entre délire et somnolence. Dans un autre genre, citons « 20 ans » et ses accents kinksiens, ainsi que « Rien Ne Changera Rien » et « Dandy », toutes les deux entêtantes et truffées de décharges électriques et d’autant de détonations rock. Pas étonnant, comme nous le confiait Quentin, que le public de Daho ait rapidement adopté Visconti le 25 septembre dernier, dans le cadre du DISKÖNOIR Tour à Vélizy.

    Pour les curieux, ils seront seuls à jouer au Truskel le 28 octobre prochain. Il s’agit là d’un groupe à surveiller comme le lait sur le feu, qui ne peut que monter en gamme au fil des mois, car doté d’un patrimoine stylistique et technique indéniable.

    Setlist : 20 ans > Mes Nuits > Pas Vu Pas Pris > Une Heure Pas Comme Les Autres > Déjà Demain > Rien Ne Changera Rien > De Ville En Ville > Dandy > Cauchemar > Rappel : Au Cœur De Mes Nuits


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :